Garment Dyeing

Garment Dyeing

L’EFFET SOPHISTIQUÉ OBTENU EN TEIGNANT UNE PIÈCE FINIE CONSTRUITE AVEC PLUSIEURS MATIÈRES EN UN SEUL BAIN

Garment Dyeing
La teinture en pièce est le nom donné à un processus lancé par Massimo Osti et ses collaborateurs pour C.P. Company au début des années 1970. Il s’agit d’une technique prévoyant qu’un vêtement, en général en tissu blanc ou brut non-coloré, soit teint à la fin du processus de fabrication, après avoir été entièrement confectionné. Cette méthode s’oppose au processus classique qui veut que les vêtements soient confectionnés avec des tissus déjà teints. La teinture pièce est en réalité une technique qui existe depuis longtemps, mais Massimo Osti et ses collaborateurs ont été les premiers à l’appliquer sur des vêtements construits avec plusieurs tissus ou fibres. Ce processus, qui apparaît presque alchimique pour ceux qui le voient pour la première fois, crée des couleurs d’une profondeur et d’une intensité impossibles à obtenir sur des tissus préteints et permet également d’accentuer les caractéristiques matérielles du tissu. Un profane qui choisit, touche et essaye pour la première fois une veste C.P. Company teinte en pièce ressent une sensation mystérieuse, comme s’il s’agissait une « version améliorée ». Elle apparaît inexplicablement plus intense et présente… Mais à l’origine, l’objectif de Massimo était largement plus modeste. Au début des années 1970, à l’époque à laquelle C.P. Company s’appelait encore Chester Perry et qu’il se considérait surtout comme un infographiste qui imprimait ses dessins sur des t-shirts, Osti a décidé un jour d’essayer de teindre ses t-shirts après les avoir imprimés, pour deux simples raisons : Tout d’abord, grâce à cette technique il aurait pu acheter du tissu d’une seule couleur lui permettant par la même occasion de le décliner dans de nombreuses couleurs exclusives à son gré. Ensuite il savait, pour avoir observé la pratique domestique de surteinture de vieux vêtements décolorés (la première forme et la plus simple de « teinture en pièce »), que l’aspect des T-shirts aurait été légèrement usé. Ceci lui rappelait l’habitude, dans la haute société britannique, de faire porter à son majordome ses nouvelles chaussures ou vestes pour ne pas avoir l’air d’arborer quelque-chose de neuf. Cette idée était très proche de la notion d’élégance d’Osti. Osti est parti de cette intuition (à savoir fabriquer ses t-shirts dans des couleurs que les fournisseurs de tissus ne vendaient pas et pouvoir obtenir un effet usé) et s’est lancé dans des expérimentations de plus en plus complexes, pour découvrir ce qu’il aurait pu réaliser avec cette technique. Il a rapidement recruté, démarche inédite pour une entreprise textile, un chimiste à temps-plein, Giuliano Balboni, et a construit dans les locaux de C.P. Company une installation pour réaliser les teintures.
Garment Dyeing
Avec Balboni et quelques fournisseurs de confiance, Osti a commencé à teindre, pour la première fois dans l’histoire de cette technique, des pièces confectionnées avec plusieurs types de tissus ou de fibres. Il a par exemple commencé à teindre des vestes, avec un seul bain, associant nylon, lin et coton enduit. Chaque type de tissu et de fibre a réagi au processus de teinture de façon différente. Certains tissus rétrécissaient de 8 %, d’autres de 3 % seulement ; les trames plus serrées prenaient moins la couleur que celles plus lâches, l’enduit en polyuréthane était à peine « sali » par la teinture, le nylon prenait un ton plus foncé et plus intense que le lin, et ainsi de suite. Personne n’avait jamais réalisé de teintures d’une telle complexité auparavant et ces expérimentations lui ont ainsi permis d’inventer une technique propriétaire qu’aujourd’hui encore, en raison de sa complexité et de l’investissement financier qu’elle implique, seule une poignée de marques exploitent à travers le monde. Cette technologie est devenue la marque de fabrique de C.P. Company (et plus tard de Stone Island) mais va aussi de pair avec sportswear italien en général. Pendant les 15 ans qui ont suivi (jusqu’à ce qu’il vende et quitte C.P. Company et Stone Island au milieu des années 1990) Osti a voyagé sans relâche dans l’univers de la couleur. L’innovation des tissus pour laquelle il est encore connu à ce jour a toujours reposé sur une même question : « que se passera-t-il si je le teins en pièce ? ». Et la réponse était invariablement la même : elle deviendra plus intense, plus viscérale, elle prendra des tons plus variés, elle sera fondamentalement plus belle. Par la suite, tous les créateurs de C.P. Company ont poursuivi ce voyage dans la magie de la teinture, et ont acquis une telle maîtrise de la technique qu’on peut désormais affirmer qu’ils sont plus qu’un ingénieur ou qu’un dessinateur industriel, et plus qu’un créateur de mode. Actuellement, 70 % des collections C.P. Company se compose de vêtements teints en pièce et même ceux qui ne le sont pas sont influencés par l’apprentissage et la philosophie attachée à cette technique.